Rechercher

Donald Trump revient : son Esprit-Gardien évoque la vraie mission des représentants politiques



Les 74 millions de personnes qui ont voté pour le président sortant lors des élections américaines attendent avec impatience de connaître sa prochaine décision. En même temps, le 25 février, l'Esprit-Gardien du président Trump a donné son message spirituel grâce aux capacités médiumniques de Maître Ryuho Okawa, président-fondateur de Happy Science*, à travers qui il a évoqué les médias, la politique mondiale et la véritable mission des responsables politiques. Son apparition faisait suite à un échange précédent entre l'Esprit-Gardien de Donald Trump et Maître Okawa à qui il avait rendu visite une semaine plus tôt.

*Note: Maître Okawa entretient un état d'esprit qui lui permet d’accueillir les messages des Esprits et du Monde Céleste à tout moment : 24 heures par jour, 365 jours par an. Cela fait plus de 30 ans que les Esprits- Gardiens de personnes vivantes et les esprits de grandes figures du passé se sont exprimés par la voix de Maître Okawa.



Biden suit une direction opposée à celle dessinée par Donald Trump


L’administration Biden a mis en œuvre des politiques qui se situent à l’opposé des politiques engagées par l’administration Trump, instruisant notamment l’interdiction de forages pétroliers et gaziers ainsi que la suspension de la construction du mur frontalier au sud des États-Unis.

En réponse, l'Esprit-Gardien de Donald Trump a déclaré ce qui suit:

« Notre pays ne peut pas aller systématiquement à l’encontre de toutes ses réalisations antérieures. S’il poursuit dans cette voie, nous développerons une forme de maladie britannique. La Grande-Bretagne s’est fragilisée du fait que son Parti conservateur et son Parti travailliste ont continué d’avancer dans des directions opposées. Je ne pense pas qu’il y’ait de place pour de tels écarts ».



Les médias retirent au peuple sa souveraineté


Avant que Trump ne quitte ses fonctions, les grandes plateformes médiatiques ont commencé à le faire taire. À commencer par l'interdiction de son compte Twitter, que l'Esprit-Gardien de Trump a commenté en ces termes :


« À peu près au même moment où les plateformes médiatiques ont commencé à me faire taire, il devenait évident que s’imposait une souveraineté distincte de celle du peuple », a déclaré l'Esprit-Gardien de Trump. « Ce problème devra être résolu à l'avenir si l’on veut parvenir au bon développement de la démocratie ».


Trump a également parlé de la réalité des médias qui l'ont étiqueté comme un symbole d'anti-intellectualisme, de division et de destruction. Il a dit « avoir bien compris comment ce moment avait été marqué par une sorte de folie aux États-Unis ».


L'Esprit-Gardien de Donald Trump a déclaré que le journalisme représentait la quatrième puissance, Hollywood la cinquième et les investisseurs étrangers la sixième puissance des États-Unis : il s'agit d'une structure par laquelle plusieurs forces convergent de l'intérieur et de l'extérieur des États-Unis, pas seulement de citoyens américains, pour agiter le pays. « Toutes donnent l'impression que j'ai divisé le pays, alors que c'est moi qui me suis efforcé de réunir un pays divisé. C’est bien plutôt l'administration Biden qui tente de diviser notre pays, un pays sur la voie de l’unité », a-t-il déclaré.


L'étiquetage des médias qui ont fait de Donald Trump un « séparatiste » a dû prendre Donald Trump au dépourvu, d'autant plus qu'il préconise depuis longtemps « une nation rassemblée par Dieu ». L'ambition de Trump était pour le moins comparable à la grande entreprise lancée à son époque par George Washington : la consolidation de 13 États dissemblables à leur origine. Il convient de noter que l'étiquette de Trump en tant que figure de proue de la division est un concept inventé et forgé de toutes pièces par les médias.



Biden agite le drapeau blanc face à la Chine


Les États-Unis ont comptabilisé plus de 500 000 décès dus au COVID-19. Ce nombre est supérieur au total des pertes enregistrées par les États-Unis au cours de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre du Vietnam, de la guerre de Corée, de la guerre en Irak et de la guerre du Golfe réunies.


Maître Okawa a révélé que le COVID-19 était une arme biologique lâchée par la Chine contre ses ennemis supposés.

En réponse à cette situation tragique, l’Esprit-Gardien de Trump a exprimé l’importance de poursuivre la bataille en vue de l’établissement d’une justice mondiale, comme il l’avait indiqué le 18 février à l’occasion de sa précédente visite à Maître Okawa :


« M. Biden a agité un drapeau blanc à partir du moment où il a publié un décret interdisant l'utilisation de termes tels que "virus chinois" et " virus de Wuhan"», a-t-il encore déclaré. « Quelqu'un doit continuer à se battre ... C'est une bataille pour des valeurs mondiales ».



La Chine a besoin d'une opération chirurgicale


Le Parti démocrate a inscrit la diplomatie des droits de l'homme au premier plan de sa politique étrangère, mais on peut s’interroger sur le sérieux de cet objectif. Ces préoccupations ont été mises en évidence lorsque le président Biden s’est arrêté à une mairie de Milwaukee, la plus grande ville de l'État du Wisconsin. Dans cette mairie, qui était la première visitée par Biden depuis son élection, il a déclaré que les États-Unis ne devraient pas s'impliquer dans les questions des droits de l'homme en Chine en raison des différences culturelles qui les opposent : « Il existe des normes culturelles différentes pour les pays et leurs dirigeants ».

L'Esprit-Gardien de Trump a été interrogé sur les commentaires formulés par Biden au cours de ce message spirituel par une personne de l’assistance :


« Je suis sûr que ceux qui ont fait venir beaucoup d’esclaves noirs de l’Afrique étaient confrontés à toutes sortes de circonstances », a-t-il déclaré. « La logique de M. Biden revient à dire que « les propriétaires de plantations avaient besoin de travailleurs du coton. Et qu’on ne pouvait l’empêcher ».


L'Esprit-Gardien de Trump a partagé son point de vue sur l'essence de la démocratie en soulignant ce qui l’opposait aux pratiques relevées en Chine :

« La démocratie moderne repose sur son but d’assurer le bien-être des individus », a-t-il déclaré. « Son idée maîtresse est la suivante : les êtres humains ne doivent pas être traités en vue d’obtenir autre chose d’eux ».


D’après l'Esprit-Gardien de Trump, le but du système politique chinois est très éloigné de cet objectif fondamental de la démocratie.

« Il n’y a rien de problématique à enterrer 100 millions de personnes à Tiananmen, pour protéger le Parti communiste, ses dirigeants ou M. Xi Jinping. Il est plus important de protéger les lois créées par les chefs du parti… Je pense qu’une opération chirurgicale doit être dès lors pratiquée ».


Au moment où est survenu l'incident de Tiananmen, le 4 juin 1989, le gouvernement japonais a pris position pour la Chine. Il a exhorté son empereur à se rendre en Chine. Le Japon a ainsi été le premier pays occidental à lever les sanctions contre la Chine. L'Esprit-Gardien de Trump a résumé l'incident de Tiananmen comme un tournant dans l'histoire :


« [Les actions du Japon en faveur de la Chine] ont conduit à l'effondrement de l'économie japonaise et ont également fait de la Chine une puissance militaire… La tendance mondiale aurait été tout autre si la Chine avait été dûment pénalisée pour l'incident de Tiananmen.»

Il a ajouté : « les États-Unis doivent selon moi faire ce qui n’a pas été accompli en raison du comportement du Japon au moment de l’incident de Tiananmen ». L'Esprit-Gardien de Trump a également déclaré que la Chine devait divulguer les informations dont elle dispose sur cet incident, comme le nombre de personnes décédées et les noms des victimes : le genre d’informations divulguées par l'effondrement de l'Union soviétique.



La Chine teste Biden : première étape, ciblez les Îles Pratas et Senkakus


Au cours d'un message spirituel précédent, l'Esprit-Gardien de Trump avait prédit que « la Chine se moquerait d'abord de Biden pour tester les eaux ». Dans celui-ci, il a fait une prédiction complémentaire : que le « test » de la Chine porterait sur le ciblage des îles Pratas situées à l’entrée du canal de Bashi. En voici la raison : « une fois que la Chine aura des antécédents, elle commencera à s'emparer de tous ces endroits l’un après l’autre.»


Si la Chine s'empare des îles Pratas et les transforme en forteresse militaire, elle pourra alors exercer un contrôle renforcé sur le canal de Bashi et le détroit de Taïwan. Taïwan en sera alors la cible, non seulement de la Chine continentale, mais aussi de son arrière-pays. La Chine sera du même coup en mesure de prendre le contrôle de la mer intérieure de la Mer de Chine méridionale et de s'étendre dans l'océan Pacifique occidental. La Chine surveillera la réaction de Biden pendant qu'elle prend le contrôle des îles Pratas et, si elle réussit, elle prendra l'île de Kinmen et d'autres îles voisines en vue d’y assurer un contrôle efficace. Jusqu’au point où la Chine pourra instituer un blocus sur le détroit de Taïwan. Taïwan luttera alors pour sa survie.


L'Esprit-Gardien du président Trump estime que la Chine « essaie de mener jusqu’au bout une guerre de siège» en limitant l’accès à ses vaccins et en isolant Taïwan. Il a exprimé sa prudence sur ce qui se déroulait en Asie.

Concernant les îles Senkaku, l'Esprit-Gardien a exhorté le Japon à exercer sa propre ligne de défense :


« Si une flotte de navires armés y prennent pied pour l’envahir en trois jours avant de le fortifier, la Chine y exercera un contrôle efficace… Une raison suffisante pour que les États-Unis forment une alliance militaire à parts égales avec le Japon si ce pays a la capacité de reprendre les îles Senkaku… Si vous n'êtes pas disposés à faire quoi que ce soit, pourquoi les États-Unis devraient-ils être les seuls à attaquer pour aller les reprendre ?… Le traité de sécurité nippo-américain est toujours en vigueur, mais nous n'avons jamais promis de reconquérir les îles Senkaku ».



« L’Amérique d’abord » est synonyme de puissance économique, de détermination et de réalisation


L'Esprit-Gardien du président Trump a clarifié que sa politique « America first » signifiait que les États-Unis porteraient la responsabilité du monde : au cœur de ce programme dont l'Esprit-Gardien a souligné l’importance, le pouvoir économique en premier lieu, et la détermination comme la réalisation sont des incontournables ».

L'Esprit-Gardien de Donald Trump a également partagé ses observations sur ce qui a fait que les présidents américains n'ont jamais entretenu de politique cohérente envers la Chine :


« Je ne pense pas que nous ayons bien compris ce qui n’allait pas avec le communisme d’un point de vue philosophique », a-t-il déclaré. « L’égalité est un terme qui sonne bien, mais s’il s’agit de l’égalité de l’esclavage, nous devons la rejeter… Nous ne devrions pas mener une politique qui anéantirait nos efforts d’êtres humains. Nous devons accorder l'évangile du succès à ceux qui multiplient leurs efforts dans la direction voulue par Dieu. Je ne puis accepter l'idée que tous les résultats se valent… Vous pouvez adopter la meilleure attitude qui soit, mais nous ne devrions pas agir d'une manière qui assombrisse l'avenir de l'humanité ».


L'administration Biden vise à redistribuer les richesses par une augmentation de l'impôt sur le revenu des sociétés et des particuliers. Une telle politique économique est en accord avec les principes du communisme chinois - le président Trump se bat contre l’idée de « l’égalité des résultats », qui génère des crises aux États-Unis comme dans le reste du monde.

Pour le président Trump, mener cette bataille ne veut pas dire qu'il ait abandonné le cœur de Dieu. L'Esprit-Ggardien a parlé de la foi, partie intégrante à ses yeux de l’ordre mondial dont on peut souhaiter l’avènement.


« Je veux former une relation spirituelle qui intègre le cœur de Dieu. Construisons une communauté spirituelle Japon-États-Unis », a-t-il déclaré. « À tout le moins, je veux que des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon forment une véritable alliance et partagent certaines de leurs valeurs.»

L'Esprit-Gardien de Donald Trump a continué ainsi, démontrant sa vision de l'égalité en présence de Dieu : « Il serait bon de trouver l'égalité, au sens où nous sommes tous persuadés que le cœur de Dieu est le nôtre ».

Et il a fini par une note de conclusion au sujet de la véritable mission des politiciens :

« L’important, ce n’est pas de protéger le système démocratique en soi. Le vrai but réside dans le droit de nos citoyens à vivre heureux, et la politique est vraiment une création du royaume de Dieu, destinée à amener la justice de Dieu parmi nous sur Terre. La mission des leaders politiques consiste à aider le royaume de Dieu à se projeter dans le monde spirituel, autant qu’il est possible dans ce monde ».


Le président Trump a encouragé les citoyens américains à prier pour ceux qui avaient été infectés par le COVID-19. Les libéraux ont défendu les droits des minorités jusqu’à rendre ce pays de plus en plus matérialiste, bien que le le président Trump ait réaffirmé le droit de tous à prier Dieu en public - il a essayé de contenir le climat matérialiste des États-Unis. Le président Trump a continué à se battre pour les Chrétiens, mais aussi pour les Ouïghours, les Tibétains et les pratiquants de Falun Gong dont il a évoqué la répression.


Des voix s’élèvent de toutes parts pour crier : « Trump est un dictateur ». C'est pourtant là une image cousue de fil blanc par les médias de grande audience. En fait, comme l'ont démontré les commentaires de son Esprit-Gardien, Trump a travaillé pour créer une nation religieuse en s’inclinant devant le Créateur.


Un avenir idéal est créé par un renfort de l'alliance entre les nations religieuses qui mènent leur politique en conformité avec la volonté divine. C’est un avenir dans lequel les politiciens distinguent le bien et le mal, ce qui est bon de ce qui est mauvais, sur la base du jugement de valeur qui nous est donné par le Créateur. Cela donnera aux nations le pouvoir de s’opposer à la Chine qui, en tant que nation matérialiste, ne cache pas ses ambitions d’expansion et d’hégémonie.


Source : http://eng.the-liberty.com/2021/8225/


94 vues

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com