Rechercher

Le Japon doit envoyer des porte-avions au Myanmar en réaction à un bilan humain lourd


Les forces de sécurité au Myanmar ont tiré sans discernement à balles réelles sur des citoyens ordinaires et des moines à l’occasion d’un coup d’État. Des attaques au lance-roquettes et des frappes aériennes ont également été conduites, portant à plus de 700 le nombre de morts depuis ce coup d'État. À ce rythme, le Myanmar sera confronté à la tragédie de devenir un prochain Tibet ou de connaître le règne de la terreur comme à Hong Kong.

La chute du Myanmar et la sinisation de l'Asie

Ryuho Okawa, président-fondateur de Happy Science, a mené en mars une enquête spirituelle au cours de laquelle il s’est avéré que l'administration chinoise de Xi Jinping soutenait en coulisses l'armée birmane. (Ces lectures spirituelles du conseiller d’État Aung San Suu Kyi et du commandant en chef des services de défense du Myanmar, Min Aung Hlaing, sont disponibles dans les temples, shojas et succursales de Happy Science). En fait, un certain nombre de preuves de circonstances ont été mises en évidence, parmi lesquelles les images des véhicules militaires de l’Armée populaire de libération (APL) alignés sur le territoire du Myanmar et des forces armées du Myanmar surveillant des civils du Myanmar à l’aide de drones fabriqués en Chine. Selon l’enquête spirituelle menée par Maître Okawa, la Chine tente d’installer un gouvernement fantoche au Myanmar et d’y prendre le contrôle de la péninsule indochinoise. À partir de cette zone utilisée comme point d'ancrage, la Chine est déterminée à fermer par la suite les mers d'Asie, et même à conquérir l'Inde. En d’autres termes, ce coup d’état est un problème qui menace la sécurité du Japon et celle du monde car il met en pratique la théorie des dominos pour faire avancer la sinisation projetée de toute l’Asie. Les États-Unis ont annoncé des sanctions économiques, mais le souvenir du bourbier de la guerre du Vietnam ne permettra pas aux États-Unis d'exercer de pouvoir supplémentaire ou d’imposer davantage de sanctions. Tant que la Chine exercera son droit de veto en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies (ONU), il y a peu d'espoir que l'ONU envoie des forces sur place. En tant qu’autre pays bouddhiste, le Japon devrait donc envoyer des porte-avions de types Kaga et Izumo sur les côtes du Myanmar – fut-ce au nom d’une protection des ressortissants japonais expatriés. Ce faisant, ils doivent impliquer les marines des États-Unis, de l'Australie et de l'Inde, entre autres, pour permettre à une coalition d’encercler la Chine. Source: http://eng.the-liberty.com/2021/8300/


15 vues