Rechercher

Le danger du Brexit : l'Union Européenne est par essence une entente de faibles.


Le résultat capital du référendum qui annonçait le retrait de la Grande-Bretagne hors de l'Union Européenne, a eu un impact dans le monde entier.

Depuis le 25 juin, les médias regorgent de rapports et d’analyses des risques susceptibles d’en découler. Voici une rapide synthèse de ce qui nous aura émus, d’un bout à l’autre du monde.

Craintes d'une chute simultanée du cours des actions dans le monde entier

Selon les rapports établis par la presse dès le 25, la Bourse de New York a vu son activité chuter de 3,4 % en raison des inquiétudes qui pesaient sur l'avenir de l'économie mondiale, atteignant du même coup un creux record jamais franchi au cours des 4 années et 10 mois qui ont précédé. En Europe, la bourse de la Grande-Bretagne a chuté de 3,1 %, la France de 8,0 %, et l'Allemagne de 6,8 %. Les actions des pays qui connaissent des ralentissements économiques, tels que la Grèce, l'Espagne et l'Italie ont chuté d'environ 10 %. L’indice Nikkei du Japon a perdu 7,4 points, pour atteindre son niveau le plus bas au cours des 16 dernières années.

C’est l'un des éléments que tout le monde craignait.

Craintes d'un commerce plus instable

Avec le départ annoncé de la Grande-Bretagne hors de l'UE, de nouveaux accords commerciaux devront être trouvés, qui finiront par provoquer l'instabilité des relations commerciales. Pour un géant économique tel que le Japon, la baisse de la livre sterling pourrait provoquer par contrecoup une hausse du yen japonais. La Grande-Bretagne verra son pouvoir d'achat diminuer, ce qui rendra plus difficile les exportations de biens et de services par le Japon.

La Grande-Bretagne était le centre reconnu des affaires concernant l'UE. Alors si la Grande-Bretagne quitte l'Union Européenne, un grand nombre d'entreprises peut décider de quitter la Grande-Bretagne à son tour. Cela entraînera par conséquent une augmentation du chômage auprès des principales entreprises britanniques.