top of page
Rechercher

Les points-clés de notre histoire contemporaine, rétrospective depuis l’année 2100


Le Japon et le monde parviennent à un tournant décisif face à Xi Jinping, dictateur de la Chine impériale, pire qu'Hitler en comparaison.


Selon Maître Okawa, nous avons déjà subi notre première défaite contre la Chine impériale et « si nous pouvons prédire d'autres pertes à l'avenir, nous devons adapter certains de ces scénarios ».

Pour ce faire, nous devons prédire « ce qui se passerait si nous nous intéressions au XXIe siècle du point de vue de ce qui nous attend en 2100 » afin de révéler le « futur » que nous devons changer, déclarait Maître Okawa, en qualité de « Messie contemporain » (*1).

(*1) D’après « Ici et Maintenant, la pensée d’Elohim. »


Maître Okawa a pris la parole à l’occasion de la conférence « Avec Sauveur », en décembre de l'année dernière.



1er point décisif : protéger Taïwan et Hong Kong


Maître Okawa a décrit les points clés que nous devons assumer pour arrêter l'expansion de la Chine :


« Si je dois penser depuis l’année 2100 à ce qu’il nous faut faire, alors nous laisserions passer l'une des chances d'arrêter la Chine si la ville de Hong Kong se trouvait détruite et que le monde se cantonnait à un rôle de spectateur qui laisserait la Chine libre de faire tout ce qu'elle veut pour son extension. En résumé, nous devons protéger Hong Kong.

"Le deuxième point serait que la Chine prenne Taiwan, une nation indépendante que Pékin continue de traiter comme faisant partie de son territoire d’après son programme « une nation, une politique ». Si la Chine prenait Taïwan, sans que le reste du monde ne réagisse, cela reviendrait à répéter l'annexion de diverses nations par Hitler. »


Et que se passerait- il si Hong Kong et Taïwan étaient dirigés par la Chine ? Si la communauté internationale acceptait d’autoriser l’entier contrôle de Hong Kong par l’état-continent voisin, alors la Chine verrait là une opportunité supplémentaire d'envahir Taïwan, ce qui revient à laisser croitre ce risque.


Ensuite, la Chine commencera à placer ses missiles et ses sous-marins sur l’île de Taïwan pour intimider le Japon et les États-Unis, jusqu’à faire évacuer la base militaire américaine d'Okinawa (île située au Sud du Japon). Cela pousserait le front de l'armée américaine installée au Japon à quitter Hawaï en raison de la pression militaire exercée par la Chine à l’encontre des États-Unis.


Il en résulte que l'alliance américano-japonaise sur laquelle s'appuie fortement le Japon tomberait caduque et que la Chine saisirait cette chance pour envahir Okinawa. Elle utiliserait Okinawa à la manière d’un otage, pour soumettre le Japon.


Dans le même temps, la Chine continuera d'envahir d’autres nations environnantes telles que les Philippines, tout comme l’avait fait Hitler, afin de « siniser » l’ensemble de l’Asie.


A cet égard, la protection de Hong Kong et de Taïwan constitue un traceur qui déterminera si l'Asie sera finalement absorbée par la Chine. C'est un front que nous devons protéger.



2ème point décisif : prendre une décision et agir, à la manière de Kennedy


Mais les problèmes s’accumulent aussi du côté des principales nations opposées à la Chine. Maître Okawa a présenté ce point en ces termes : « Reste que les dirigeants [des autres nations] sont faibles. La faiblesse des dirigeants ne permet pas d’affirmer qu'ils puissent se décider pour agir. Ainsi, au lieu d'arrêter la Chine, ceux-là peuvent être tentés par des politiques d'apaisement.


Les dirigeants des grandes nations autorisent l'expansion de la Chine, tout comme le Premier ministre Chamberlain l’avait accepté pour Hitler.


Nous devons repenser ici nos idées à l’envers.


Par exemple, pendant la guerre froide, lorsque l'Union soviétique a tenté d'importer ses missiles nucléaires à Cuba, si proche des États-Unis, Kennedy a répondu d'une manière sévère et inflexible sans évoquer une guerre. Cela a conduit l'Union soviétique à retirer sa base de missiles.


Les actions de Kennedy découlaient de sa volonté d'éviter les erreurs commises par le Royaume-Uni à travers sa politique d'apaisement peu avant (*2). Les dirigeants mondiaux devraient de même faire preuve aujourd’hui d’une volonté inébranlable de ne pas tolérer que ce monde soit gouverné par un totalitarisme maléfique.


(*2) La recherche de J.F. Kennedy pendant ses années à l'Université de Harvard portait sur la politique d'apaisement du Royaume-Uni, intitulée « Pourquoi l'Angleterre s’est-elle endormie ».



3e point décisif : le Japon détient la clé qui permet de contenir la Chine


Malheureusement, lorsqu'on regarde le domaine politique du Japon, aucun politicien n’y prend de position décisive à l’encontre de la Chine. Même les membres du Congrès qui se disent fortement anti-chinois au Japon n'ont produit aucun résultat en pratique, malgré leurs propos à l’égard de la menace que constitue la Chine pour Taïwan.


Avec un peu de recul, trois premiers ministres du Parti démocrate ont adopté des politiques d'apaisement envers la Chine, en vue de se lier d'amitié avec la Chine, et de garantir du même coup la stabilité du Japon.


En réaction, l'administration libérale du premier ministre Abe a vu le jour. Pour autant, son plan de défense nationale se limitait à répondre au lancement de missiles nord-coréens par un entraînement à l'évacuation. L'article 9 de la Constitution est resté en place, et la Défense n’a pas connu de renforcement drastique de ses moyens. Lui a continué par sa politique d'apaisement à garder les yeux fermés sur les problèmes réels.


C’est là que Maître Okawa déclare clairement :


« Le Japon s’efforce de survivre à la manière d’une chauve-souris, ce n'est ni un oiseau, ni un animal, ni un monstre. Cependant, il se doit de décider de ce qui est juste et équitable. Il doit trancher selon moi entre « ce qui est bien et ce qui est mal » et indiquer clairement « ce à quoi il convient de mettre un terme ». »


Beaucoup de Japonais ont tendance à sous-estimer l'influence qu'ils exercent à travers le monde, mais il est juste de rappeler que le Japon détient la clé qui permet de former une barricade à l’encontre de la Chine. Ainsi une large part du destin du monde dépend des décisions du Japon.


Si le Japon, qui oscille entre les États-Unis et la Chine, indique clairement qu'il suivra les « valeurs occidentales de style G7 » et mettra un terme à sa politique d'apaisement, alors la Chine se trouvera contenue par une intention internationale cohérente, de nature à remettre en cause la survie du Parti Communiste Chinois « PCC » potentiellement menacé. En d’autres termes, c’est bien la position tenue par le Japon en ce moment.



Ceux qui sont justes, continuent d'être justes et détruisent le mal


Comme nous l’ont enseigné les prophéties de Jérémie et de Nichiren, les nations et leur peuple viendront à périr si leurs dirigeants négligent les paroles de Dieu. De quoi le Japon a-t-il donc besoin pour rendre justice et se construire un avenir prospère ?


Pour résumer ce dont nous avons parlé, le point le plus important, c’est de « protéger Hong Kong et Taiwan à tout prix ». Cela conduira en retour le PCC à son effondrement et limitera l'expansion de l'Enfer sur Terre.


À cet effet, le Japon doit abandonner sa tendance à l'autodérision qui l’amène irrésistiblement à tenter de plaire aux autres pour les apaiser. Il doit au contraire retrouver l'esprit du Bushido. Il révisera ensuite sa politique d'après-guerre, qui inclut l'article 9 de la Constitution afin de prêter main-forte à ceux qui souffrent de l'empire du mal.


« Ce qui est juste est juste ». « Ce qui ne va pas est mal ». Le Japon doit montrer sa capacité à prendre clairement ces décisions pour renaître en qualité de nation exerçant un leadership sur le reste du monde. C'est ce que devrait faire le Japon, une nation bénie des Dieux,.


C'est le souhait du Messie, que nous puissions voir le monde avec les yeux de Dieu et identifier le Mal afin de pouvoir gagner la bataille sur Terre.



64 vues

Comments


bottom of page