Rechercher

La Chine pose des pièges derrière la décarbonation

Une société décarbonée qui conduit sur la voie de la dépression [Partie 2]


Le « réchauffement climatique » est devenu un problème majeur pour l’administration Biden. Que veut la Chine ? En septembre 2020, le président de l'État chinois, Xi Jinping a déclaré au cours d’une visio-conférence devant l'Assemblée générale des Nations Unies, que la Chine atteindrait la « neutralité carbone », ce qui signifie que ses émissions de carbone seraient quasiment nulles d'ici 2060. C’est un choc que d’entendre ce « zéro émission de carbone » pour qui sait que la Chine, qui représente environ 30 % des émissions nettes de carbone dans le monde et s'est jusqu’ici fermement opposée aux mesures de prévention du réchauffement climatique ! De plus, lors du sommet Climate Ambition tenu en décembre 2020, M. Xi a déclaré que la Chine augmenterait sa capacité totale de production d'énergie éolienne et solaire installée, pour atteindre plus de 1,2 milliard de kilowatts d'ici 2030. Cette puissance correspond à 2,3 fois la capacité actuelle, et représente aussi la capacité totale de production d'électricité des États-Unis. Comme pour montrer que ses promesses ont été tenues, la Chine a annoncé une augmentation de 120 millions de kilowatts de sa production installée en 2020, soit exactement un dixième de son objectif annoncé pour sa capacité éolienne et solaire. Les constructions nouvelles ont ainsi augmenté rapidement par rapport à l'année précédente. La Chine représente 90 % de l'augmentation mondiale de l'électricité au charbon L’année ciblée par la Chine tombe cependant 10 ans au-delà du délai de 50 ans stipulé par l’Accord de Paris pour l’objectif « zéro émission de carbone ». Dans le même temps, la consommation de charbon de la Chine reste toujours à la hausse. En 2014, le gouvernement chinois a transféré à ses régions les droits de licence pour les nouvelles centrales électriques. La construction de centrales électriques au charbon s'est poursuivie, de sorte que le nombre de nouvelles centrales électriques au charbon prévues par la Chine au premier semestre 2020 représentait 90 % de la capacité mondiale - on prévoit que le CO2 augmentera de 37 % supplémentaires, selon le « BP Energy Outlook 2035 » de British Petroleum. La vantardise de la Chine, qui fait croire à son implication dans la question du réchauffement climatique, induit clairement l’opinion publique internationale en erreur. Comme le souligne une lecture spirituelle de Maître Okawa, « la Chine ne tient jamais ses promesses et elle peut ajuster à son gré ses statistiques d'émissions de CO2 ». Les annonces et les engagements de la Chine doivent être considérés comme un gros mensonge. Aussi est-il prudent de supposer qu’ils cachent une autre intention. La décarbonation est une autre forme de « guerre », mise en place par la Chine La Chine a trompé le reste du monde par la publication de fausses statistiques, dont son PIB. La Chine a annoncé que son taux de croissance en 2020 était l’un des plus élevés du monde, mais comme nous l’avons illustré dans un article précédent, le volume des importations chinoises révèle que son PIB est en réalité proche de zéro. En fait, certains pensent même que le PIB de la Chine représente la moitié de ce qu’elle annonce : Le Premier ministre chinois Li Keqiang avait déclaré lui-même qu'il ne croyait pas à l'exactitude des statistiques chinoises. Il n'y a aucune chance que la Chine respecte sa promesse d'atteindre le « zéro émission de carbone » d'ici 2060. Nous devons plutôt nous préparer à un avenir dans lequel la Chine continuera à nous induire en erreur avec ses statistiques, et continuera d'importer du pétrole ou du charbon, tout en continuant à produire des voitures à moteur thermique. Un monde où seuls les entreprises et les pays qui ont pénétré le marché chinois peuvent survivre Comme nous l'avons montré à travers notre simulation, l'industrie manufacturière japonaise est au bord de l'effondrement à cause de la décarbonation. D'autres pays développés se retrouveront dans la même impasse. Une lecture spirituelle menée par Happy Science préfigure un avenir dans lequel la Chine domine les pays riches en ressources grâce à leur pouvoir d'importation par l’achat de ressources naturelles telles que le pétrole, le charbon et le minerai de fer tandis que les pays développés resteront soumis à leurs restrictions d'émission de CO2. De plus, les voitures à combustion thermique ne seront importées que par la Chine, où convergeront les sites de production d’automobiles thermiques. C’est ainsi que la Chine aspire à redevenir « l’usine du monde ». L'ordre mondial passera par un changement radical, multipliant ses efforts pour atteindre une « société décarbonée », tandis que la Chine rêve d’une hégémonie militaire et économique. La Chine profite également de Greta Thunberg Le PCC se tient aussi derrière diverses organisations environnementales, comme il a déjà été souligné ici. L’Institut des Ressources du Monde (World Resources Institute WRI), une organisation mondiale vouée à la protection de l’environnement, entretient des relations régulières avec les hauts responsables du gouvernement chinois et loue la politique énergétique de leur pays, quand bien même la Chine autorise d’importantes émissions de CO2. La position négative du WRI envers les États-Unis a entretenu des soupçons auprès du Comité sénatorial américain sur les liens qui rattachent en réalité le WRI au gouvernement chinois. Le même Comité sénatorial a également soulevé la question d'une organisation américaine qui a agi en tant qu'agent du gouvernement chinois lorsque Greta Thunberg a mené une campagne anti-CO2 lors de la conférence des Nations Unies. Les flèches de la critique exercée par Greta Thunberg ne visent jamais la Chine. Et l’on commence à prendre conscience que le PCC soutient des militants écologistes radicaux. La Chine tente de dominer le monde en se fixant des objectifs qu’elle ne tiendra pas, et en tirant parti de militants écologistes pour s’accaparer les pays les plus développés. Nous devons être conscients de la grande guerre menée par la Chine derrière la « décarbonation » qu’elle affiche. Source : http://eng.the-liberty.com/2021/8292/


24 vues