Rechercher

Google a vendu son âme à la Chine. Et voici pourquoi.

L’Intelligence Artificielle de Google utilisée par la Chine

pour contrôler l'opinion publique mondiale

(Interviewer : Satoshi Nishihata)

Nous avons interrogé un expert en sécurité américain, alerté par les ambitions du gouvernement chinois, qui a prévenu très tôt du danger que Huawei faisait peser sur Google dans son approche de la Chine.

Robert S. Spalding III : Il a occupé pendant plus de 26 ans divers postes de direction stratégique et de diplomatie au sein des départements d'État et de la Défense des États-Unis, avant de se retirer avec le grade de brigadier général. Il a été le premier architecte de la stratégie de sécurité nationale NSS de l’administration Trump, le pilier de la défense nationale américaine, et le directeur principal de la stratégie auprès du président du Conseil de sécurité nationale NSC. Il est aussi titulaire d'un doctorat en économie et en mathématiques de l'Université du Missouri.


――En 2010, Google s'est retiré de la Chine, refusant de censurer les résultats de recherches et de pirater Gmail. Mais il a été rapporté depuis que Google avait conçu le projet Dragonfly. Google envisagerait de retourner en Chine. L’énorme marché chinois est-il attrayant au point qu’ils ne puissent pas résister ?


Gen. Spalding : Oui, je pense que c’est tout aussi symptomatique que ces entreprises américaines qui se sont détournées du leadership moral qu’elles exerçaient à travers le monde, parce que le Parti communiste chinois les a incitées financièrement à le faire. Cette démarche s’inscrit donc dans la dégradation mondiale des droits de l'homme, des libertés civiles et des principes démocratiques, du fait que nous avons introduit dans l'ordre international un régime totalitaire, à qui nous avons permis de manipuler les entreprises, les institutions financières, les organisations politiques nationales et internationales en raison de leur capacité d’accès aux finances, au commerce et à une économie sans frontières.


――Certaines personnes affirment qu’il n’y avait rien de plus naturel que de s’intéresser à la Chine pour toutes les entreprises en quête d’un bénéfice. Mais en quoi prospecter la Chine peut-il constituer une menace pour la sécurité nationale des États-Unis ?