Rechercher

COVID-19 : Une arme biologique chinoise contre des groupes ethniques spécifiques ?


Gordon G. Chang

Expert de l’Asie : Gordon G. Chang est diplômé de l'Université Cornell depuis 1973. Chroniqueur de renom, il fait de fréquentes apparitions dans divers programmes de télévision américains. Il est aussi l'auteur de « The Coming Collapse of China » (2001) » / « l’effondrement annoncé de la Chine » (2001) ), entre autres ouvrages. Suivez-le sur Twitter @GordonGChang.



Un expert de la Chine nous explique ce qui a poussé de manière inattendue la Chine dans l'épidémie du COVID-19.


Au début de l’année, ceux qui suggéraient que le coronavirus avait été conçu dans un laboratoire étaient traités de « cinglés ».

Quelques mois plus tard, les mêmes font leur retour. Les virologues et d'autres spécialistes commencent à remettre en question leurs perspectives orthodoxes, et ceux qui prétendaient démystifier la « théorie du laboratoire » sont démystifiés à leur tour.


Les premiers cas de COVID-19 ont été diagnostiqués à proximité du laboratoire « P-4 », de l'Institut de virologie de Wuhan, où étaient entreposées plus de 1 500 souches du virus. C’est à coup sûr plus qu’une simple coïncidence. Les explications fournies par la Chine, plaidant l’apparition naturelle de la maladie, à deux pas de ce laboratoire, n’ont guère convaincu.


Oui, la communauté internationale ne peut affirmer comment la crise du COVID-19 a commencé, mais nous pouvons en retenir deux éléments. Premièrement, que le régime chinois a fait de son mieux pour empêcher la communauté internationale d’enquêter sur l’origine de la maladie. Deuxièmement, que Pékin a nommé fin janvier le meilleur expert en armes biologiques du pays à la tête du laboratoire P-4 de l’Institut de Wuhan. Ce qui semble très suspect.


Alina Chan, microbiologiste au Broad Institute du MIT et à Harvard, a soulevé des questions en suggérant que le coronavirus avait été préparé dans un laboratoire. Ses théories se tiennent, et les efforts de l'establishment scientifique international ne sont pas parvenus à lui donner tort.


Ces observations confortent la probabilité que la Chine ait conçu le coronavirus comme une arme biologique.



La Chine a profité des touristes pour attaquer le globe entier


Naturel ou fabriqué en laboratoire, le dirigeant chinois Xi Jinping a fait du coronavirus une arme.


Les dirigeants chinois savaient depuis des semaines que le coronavirus pouvait facilement se transmettre entre humains, mais ils se sont engagés dans une propagande visant à affirmer au monde qu'il n'était pas contagieux. Dans le cadre de leur campagne de Pékin, les autorités chinoises ont réussi à obtenir de l’Organisation mondiale de la santé son soutien pour la propagation de nouvelles trompeuses.


Pire encore, Xi Jinping a fait pression pour qu'aucun pays n'impose de restrictions de voyage ou de quarantaine aux voyageurs en provenance de la Chine. Alors même qu’il imposait des restrictions de voyage et des quarantaines à l'intérieur de son pays. Xi Jinping a donc pensé qu'il propagerait la maladie grâce à d'autres pays qui accepteraient les arrivées de Chine. Ce sont ces mêmes arrivées qui ont transformé une épidémie partie du centre de la Chine, en pandémie mondiale.


La seule explication qui sous-tende ces faits est la propagation malveillante de ce virus par Xi Jinping à travers le monde. C'est la première fois dans l'histoire qu'une nation s’en prend ainsi à toutes les autres.



Ne transmettez pas votre ADN à la Chine


Le COVID-19 a frappé certains pays beaucoup plus durement que d'autres. Cela nous conduit à une autre question : cette maladie a-t-elle été conçue de manière à cibler des groupes ethniques ou raciaux particuliers ? Nous n’en avons aucune preuve, mais le site Defence One rapporte que l'édition 2017 de « Science of Military Strategy », publiée par l'Université de la Défense Nationale de l'Armée populaire de la libération APL en Chine, mentionne que la recherche sur la guerre biologique peut inclure l’usage « de gènes ethniques spécifiques offensifs ».


De fait, la Chine a constitué la plus grande base de données au monde en matière de collecte d’informations génétiques sur les citoyens chinois et étrangers.


Il y a cinq ans environ, la Chine a piraté Anthem, la deuxième compagnie d'assurance maladie des États-Unis, et volé près de 80 millions d'enregistrements d’informations personnelles. La Chine souhaite désormais obtenir toujours plus de données personnelles, notamment sous la forme de QR codes acceptés des voyageurs internationaux.


En outre, le refus par Pékin de transférer les données génétiques de citoyens chinois hors de la Chine conforte les soupçons américains en matière de militarisation.


Les responsables du gouvernement américain craignent en fait que la Chine développe des armes biologiques capables de cibler certains groupes ethniques ou raciaux.


Nous ne pouvons pas permettre à la Chine d'obtenir plus de nos propres données ADN.


Source : http://eng.the-liberty.com/2020/8164/

32 vues

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com