Rechercher

(2) Biden n’est qu’une marionnette : le chef du PCC à la tête de la Maison Blanche

Révolution socialiste aux États-Unis (partie 2)



« Biden n’est qu’une marionnette » : Obama et Philips derrière la montée en puissance de Harris


Cho: Pourriez-vous nous faire part de vos réflexions sur cette opinion qui veut que l’élection du président Biden était une manœuvre de la gauche et que beaucoup de gens s’attendent à ce que Mme Harris soit élue présidente ?


Trevor Loudon: Oui. Steve Phillips, ce puissant communiste qui se tient derrière Kamala Harris, était essentiellement l'homme qui a fait élire Barack Obama plutôt qu’Hillary Clinton. Il s’est appuyé sur de vastes campagnes d'inscriptions électorales menées auprès des électeurs de 17 États du Sud et il a reçu beaucoup de soutiens pour Barack Obama. Donc, je savais que Kamala Harris serait candidate. Elle était la candidate idéale : mi-noire, mi-indienne, femme et marxiste. Pourtant elle a échoué lorsqu'elle s'est présentée à la présidence, et ce fut un gros revers. Ils ont dû utiliser Joe Biden pour arrêter Bernie Sanders parce que Sanders aurait gagné si Biden ne l'avait pas battu.

Ils ont dû recourir à Joe Biden pour arrêter Bernie Sanders parce que Bernie était trop ouvertement communiste. Le public américain ne l’aurait pas accepté. C’est alors qu’ils ont eu l’idée que Kamala Harris pourrait devenir candidate à la vice-présidence. Maintenant, ils peuvent tout simplement se débarrasser de Joe Biden à tout moment dès qu'ils en ont besoin - elle est la véritable présidente à présent. Kamala Harris a plus de pouvoir que Joe Biden. Kamala Harris, c’est le troisième mandat de Barack Obama. Les mêmes personnes qui ont amené Obama au pouvoir, ceux qui nous ont donné Obama, sont les mêmes communistes qui vous servent aujourd’hui Kamala Harris.


Cho: On dirait qu'Obama est impliqué derrière ces élections présidentielles.


Trevor Loudon : Tout cela remonte à Jesse Jackson et à la Coalition Arc-en-ciel des années 1980. Jesse Jackson était un homme noir qui s'est présenté deux fois à la présidence : en 84 et en 88. Il a répondu à une stratégie de la Coalition Arc-en-ciel qui prétendait représenter toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Le blanc pour les progressistes blancs. Les progressistes jaunes désignaient les Asiatiques. Les progressistes bruns les Latinos. Les Noirs progressistes étaient les Noirs. La bande de couleur lavande représentait les homos, le vert les écologistes. C'était ça leur terminologie. Vous rassemblez toutes les minorités avec la gauche pour détenir une majorité. Steve Phillips faisait partie intégrante de la Coalition Arc-en-ciel, et il a aidé Kamala à occuper le poste qu'elle occupe aujourd'hui.

La Coalition Arc-en-ciel était dirigée par des communistes maoïstes de la Ligue de la lutte révolutionnaire, du Parti communiste des travailleurs, mais aussi de l’Organisation socialiste de la Route de la liberté et de la Ligne de mars. C'était une opération communiste : une opération communiste pro-Chine. Ils ont mis à jour cette stratégie pour élire Obama. Obama a fait partie d'une coalition de Blancs progressistes et de minorités : Noirs, Latinos, Américains d'origine asiatique et Amérindiens.

Kamala Harris est issue de cette même stratégie de la Coalition Arc-en-ciel. Elle est là pour attirer les progressistes Blancs et Noirs, les Latinos, les Américains d'origine asiatique et les Amérindiens. Elle est l’incarnation de la stratégie actualisée de la Coalition Arc-en-ciel.


Cho: Quels seront les principaux acteurs qui conduiraient Kamala Harris à la présidence si Biden devenait incapable de mener à bien le travail présidentiel ?


Trevor Loudon : Je pense que cela a déjà été décidé. Obama et Steve Phillips sont les principales personnes derrière elle. Dès que Joe Biden ne sera plus utile, il sera remplacé par Kamala Harris, avant qu’elle ne choisisse un nouveau vice-président à son poste. Ce sera quelqu'un d'autre, probablement un homme blanc pour équilibrer la représentation globale.

Joe Biden est très manœuvrable. On n'a eu recours à lui que pour s’opposer à Bernie Sanders, parce qu'il était le seul à l'époque à pouvoir le faire. Maintenant que Kamala est à la Maison Blanche, ce n'est plus nécessaire. Il restera là un petit moment, juste pour conserver les apparences, mais il dispose de très peu de pouvoir. Il ne fait que ce que lui disent ce qui soutiennent Kamala Harris, comme Obama, Steve Phillips et d’autres. Il n’est qu’une marionnette. Et Kamala en sera une à son tour, mais elle sera beaucoup plus efficace que Joe Biden.



Une révolution aux États-Unis


Trevor Loudon : Nous nous retrouvons actuellement engagés dans une forme de révolution. Nous sommes sérieusement pris dans une révolution aux États-Unis.


Cho : Jusqu'où pourraient aller les États-Unis aillent en termes de problèmes intérieurs et d'affaires étrangères ?


Trevor Loudon : En politique étrangère, cela virera complètement à gauche. Je comprends la position du Japon, de l'Inde, des Philippines et de la Corée du Sud. Ils sont tous très inquiets pour la Chine. Mais sous Joe Biden et Kamala Harris, vous ne pouvez attendre aucune aide en ce qui concerne la Chine. Ces deux personnes sont très proches de la Chine. Joe Biden est compromis par la Chine et Kamala Harris est très ouverte à ce pays. Elle a été élue par des communistes pro-chinois. Tout cela penchera très à gauche, tant sur le plan intérieur qu’en matière de politique étrangère.

Vous allez assister à une large ouverture de la frontière sud. Vous verrez un afflux massif d'immigrants clandestins franchir la frontière sud, au Texas. Vous verrez la destruction de l’armée américaine. L'armée américaine va se trouver affaiblie à un point qu’elle n’a jamais connu, ce qui stimulera les ardeurs de la Chine et de l'Iran, de la Russie et de Cuba, et modifiera l'équilibre mondial des forces en retour. L'équilibre des pouvoirs se déplacera des États-Unis vers la Chine, la Russie et l'Iran.


« La Chine compte désormais un allié dans la Maison Blanche »


Cho: Pensez-vous que la nouvelle administration prendra l'alliance américano-japonaise à la légère ?


Trevor Loudon : Oui, vraiment. Je pense que le Japon doit comprendre que la Chine compte désormais un allié dans la Maison Blanche.

Joe Biden a travaillé dans l'intérêt de la Russie, de la Chine et de l'Iran pendant toute sa carrière politique. Il est l'un des sénateurs de politique étrangère les plus ancrés à gauche, à avoir jamais siégé au Sénat américain. Il parle déjà de réduire l'armée américaine à sa portion congrue. Cette administration n’aidera ni le Japon, ni Taiwan face à la Chine. Elle ne protègera ni la Corée du Sud ni l’Inde. C’est pourquoi la Chine, se prépare selon moi à défier Taiwan dès à présent.

Il me semble important pour le Japon de tendre la main à Taiwan, à l’Inde, à l’Indonésie et aux Philippines, tout en essayant de former une nouvelle alliance face à la Chine, car Les États-Unis ne lui viendront pas en aide. Si ces pays qui constituent le pourtour pacifique sont solidaires entre eux, peut-être parviendront-ils à contenir la Chine.



La politique économique de Kamala Harris est celle que mènerait « le chef du PCC à la tête de la Maison Blanche »


Cho: Quel type de politique économique Kamala Harris mettra-t-elle en œuvre lorsqu'elle sera présidente ?


Trevor Loudon : Des impôts très élevés. Un revenu de base universel aux États-Unis. Très profondément socialiste.

Elle mettra également en œuvre le Green New Deal, qui détruira l'industrie énergétique américaine et anéantira l'économie américaine ainsi que le budget militaire. Elle ira le plus loin possible. Son objectif est de faire tomber les États-Unis en tant que puissance mondiale, de faire des États-Unis une puissance de second ordre, tout en donnant plus de pouvoir à la Chine, à la Russie, à l'Iran, à Cuba et au Venezuela.

Si vous aviez le chef du Parti communiste chinois à la tête de la Maison Blanche, je pense que ce serait la politique que vous verriez sortir de Kamala Harris. Tout cela profitera à la Chine et à ses alliés.

(à suivre)


Source : http://eng.the-liberty.com/2021/8261/

22 vues