Rechercher

Nouvel Ordre Mondial : Chine, Corée, USA, Inde et Japon


(En léger recul / par Shutterstock.com)

Le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, a critiqué l'expansion économique et militaire de la Chine en Asie, au cours de son allocution devant le SCRS (CSIS) à Washington, D.C.

Il a prononcé son discours en même temps que s'ouvrait le 19e Congrès national du Parti communiste chinois. Les États-Unis ont récemment souligné l'importance d’une coopération avec la Chine : une priorité pour s’affranchir du problème des missiles en Corée du Nord. Leurs relations commencent cependant à changer, depuis que Trump a confirmé que les « solutions militaires américaines étaient à présent déployées en totalité, prêtes et armées ».

L'investissement chinois dans l'infrastructure est une exploitation économique

Tillerson surveille de près la Chine, sur deux fronts : ses investissements dans le domaine des infrastructures vers des pays moins en vue, dans le cadre du programme « Une ceinture, une route » d’une part, et la domination militaire qu’elle exerce sur la mer de Chine méridionale par sa construction d'installations.

Tillerson a critiqué la position de la Chine dans sa maintenance des infrastructures d'autres pays. L'envoi d'un grand nombre de travailleurs chinois pour la construction et l’entretien d’infrastructures ne contribue pas à la création d'emplois ou à la croissance économique du pays d’accueil. C'est de l'exploitation simple. Tillerson a également mis en garde ces pays qui reçoivent une assistance de la Chine, en leur recommandant de penser à leur souveraineté et au droit de protéger leur économie.

Il a ajouté que les actions provocatrices menées par la Chine en mer de Chine méridionale étaient des provocations qui s’opposaient directement au droit et à l'ordre international.